Sahara Occidental : Barack Obama tourne le dos au Maroc

18 juillet 2009 7 h 00 min14 commentaires
Share Button

Barack ObamaUne nouvelle mouture du plan-Baker sur le problème de décolonisation au Sahara Occidental serait du domaine du possible avec la nouvelle administration américaine, estime un expert en relations internationales, Carlos Luis Miguel. Cet expert, interrogé par l’aps, puise ses raisonnements de l’attitude qu’a manifestée le président Barack Obama vis-à-vis de ce dossier, après la tournée effectuée dans la région au printemps du diplomate américain Christopher Ross, le nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU M.Ban Ki-Moon.

Le revirement de la position de la Maison-Blanche tient au fait que le Président Barack Obama s’est franchement démarqué, dans une lettre adressée au souverain marocain, du plan d’autonomie de ce territoire occupé proposé par Rabat comme solution de règlement du conflit avec le Front Polisario. Selon le journal (de gauche) espagnol El Pais dans son édition de jeudi, le président américain Barack Obama s’est démarqué de la proposition d’autonomie que veut imposer le Maroc comme solution au conflit du Sahara occidental.

?’Obama a oublié dans sa lettre au roi du Maroc d’encenser la proposition marocaine d’autonomie pour le Sahara occidental que son prédécesseur, Georges Bush, avait soutenue dans ses messages adressés au monarque marocain durant les dernières années”, souligne El Pais. Mieux, après l’adoption au mois d’avril dernier par le Conseil de sécurité de l’ONU de sa dernière résolution sur le Sahara occidental, l’ambassadrice américaine Susan Rice ?’n'avait pas fait non plus référence à la proposition marocaine”, rappelle le journal pour qui si la lettre d’Obama préoccupe les autorités marocaines, elle a suscité en revanche certains espoirs dans les rangs du Front Polisario, qui rejette catégoriquement cette proposition.

La position de la nouvelle administration américaine nourrit actuellement les pires inquiétudes du côté de Rabat où l’envoyé personnel du SG de l’ONU n’a pu rencontrer, lors de sa tournée dans la région, le souverain marocain. Officiellement, Rabat a expliqué que le Roi se trouvait à Oujda lors de l’arrivée au Maroc de Christopher Ross. Mais, comment expliquer dans ce cas qu’il n’ait pas été reçu par le Premier ministre Abbas El-Fassi si ce n’est que la confirmation que c’est bien Mohamed VI qui suit et gère directement ce dossier, car, pour lui, le Sahara Occidental fait partie des ?’provinces du sud du Maroc”.

Une erreur politique de taille que le rusé Obama, un antiesclavagiste et démocrate convaincu, a tenu à rectifier en n’accordant pas de crédit à la proposition d’autonomie, en fait, une proposition de confirmation de l’annexion du Sahara Occidental, présentée par le Maroc lors des négociations de Manhasset, au point mort aujourd’hui. Par contre, El Pais estime que ?’aux yeux de la diplomatie espagnole, la lettre du président américain au roi du Maroc signifie pour le moins qu’Obama veut laisser travailler l’ONU sans lui tracer la voie à suivre ou que, dans l’hypothèse la plus osée, il se démarque de la proposition marocaine d’autonomie au moment de chercher une solution au conflit”. La proposition de règlement au conflit que mettra sur le tapis M. Ross »n’est pas encore définie», mais «envisage des idées similaires à celles de James Baker», l’ancien secrétaire d’Etat américain et Envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara Occidental, souligne El Pais.

Le Maroc et le Front Polisario doivent se rencontrer au mois de Juillet en Autriche, mais la mouture de ces discussions sera différente de celles de Manhasset. Pour l’expert espagnol Ruis Miguel, ?’la lettre adressée dernièrement par Obama au roi du Maroc ne fait aucune référence au soutien américain à la proposition marocaine d’autonomie au Sahara Occidental, mais lui demande au contraire de soutenir les démarches de l’Envoyé spécial pour le Sahara Occidental, Christopher Ross”. Miguel affirme en outre que ?’pour moi, il est clair que ni les Etats-Unis, ni Ross ne soutiennent la proposition marocaine d’accorder une large autonomie au peuple sahraoui et, tout porte à croire que l’on s’achemine vers une version corrigée du Plan Baker, qui est d’ailleurs toujours d’actualité pour trouver une solution juste et durable au conflit”.

La dernière tournée de Ross dans la région a été boycottée par les Marocains, qui ont senti cette fois-ci que le nouveau représentant du SG de l’ONU tient à travailler sérieusement et dans la légalité pour sortir ce dossier de décolonisation du ghetto, contrairement à son prédécesseur. Cela dénote également le souci et la volonté de Barack Obama de corriger, même à distance, le cours des événements sur le conflit du Sahara Occidental en le replaçant dans son véritable contexte.

Mahrez Ilias

14 Commentaires

  • Je ne croit pas une seule seconde à ce qu’affirme ce soit disant expert, pour une raison évidente, le presient americain au contraire souhaite que le maroc s’implique davantage dans le dossier du proche orient et se faisant apporte son soutien au maroc car le president obama souligne qu’il soutien les dernières resolutions de l’onu et les dernières resolution de l’onu ne font plus mention du referendum souhaité par le polisario mais au contraire des avancé faites par le maroc dans ce dossier, il ne faut pas oublié que ce soit disant expert à été interrogé par l’aps qui est l’organe officiel de l’algerie pays qui est impliqué dans se conflit par son soutien au polisario, il vaut mieux attendre et voir qu’elle la vrai position d obama sur ce dossier et ne pas croire tout ce que colporte certains média qui ont une lecture biaisé et partial de la lettre d’obama, et petit rapel c’est le maroc qui à rendu public cette lettre.

  • HIP HIP TOZ. pauvres algeristan!

  • il faut pas prendre cet oubli comme un credit pour le mouvement polisario, meme si les etats unis est un grand pays, il reste que sa gestion diplomatique n est pas toujours parfaite, rappelons nous quand la maison blanche reponds a la lettre de sarkozy pour feliciter obama pour la victoire presidentielle, en l envoyant a l ex president jacques chirac, d autant plus que le maroc est de loin une carte importante dans les mains des usa, n importe quel sois le parti politique repulicain ou democrate!!!

  • Obama ne peut rien faire ni pour le maroc ni pour l’algerie et sa pute de polizebbal

  • sahraoui marocain

    les militaires d’Alger cherchent toujours une interprétation au événements; assortie a leurs thèse c’est obsédant .

  • dans le domaine politique les changements de position sont parfois dictés par les interets geo-strategiques et geo-politiques l’aboutissement ade ce dossier est entre les mains des deux protagonistes l’Algerie et le Maroc sauf que que ce dernier est dans le droit de reclamer son territoire la France et l’Espagne sont en mesure d’apporter des clarifications

  • Name (required)

    que dieu vous donne un bon remede pour vous soigner de la maroccomanie obama sarko etc etc etc et blablaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa venez nous faire la guerre pour noius amputer de notre amour le sahara le pouvoir algerien est malade un bon traitement s impose

  • Chacun preche pour sa paroisse et les Algeriens savent y faire en matiere de propagande à la sovietique. Ils lisent de droite à gauche CE que Obama A ecrit de gauche à droite. Bref dans tous les cas le Maroc devrait rester chez lui, que les Algeriens se gardent leurs esclavagistes le temps que ils comprennent que les temps ont changés. L’Espagne en les laissant esclavagistes ne les ont pas préparés à une époque ou un homme de couleur deviendrait le chef de l Etat des USA. A Alger non plus personne n y a pensé, les camps étant loins à Tindouf. Il fallait connaitre la vraie histoire.
    Bon l Algerie devrait arreter de jouer avec le feu de SAHAROUIS/TOUAREGS de Laayoune à Tambouctou.
    La politique colonialiste de la France dont elle a hérité ne cevrait pas etre pousuivie par l alagerie sinon, honte à l’ Afrique et à l’ ONU;

  • si ce site est Algerien alors c est bien que il fasse connaissance avec les opinions marocaines aussi meme s’il les modere, facon polie pour dire il les réduit comme les reducteurs de tetes.

  • Obama n’est pas un naïf au point de se faire rouler dans la farine par la bande de voyous galonnés qui exploitent le gaz et le pétrole au détriment du peuple algérien frère.

    Soyez pas naïfs, chers voisins de l’est. Agissez avant qu’il ne soit trop tard. Personne n’est à l’abri du séparatisme et les apprentis sorciers finissent toujours par le payer trop cher.

    Au nord algérien, le MKL se lève et devient de plus en plus visible. Au sud, les Touaregs ne demandent qu’à être soutenus … Et le Maroc se fera un grand plaisir à défendre le droit de ces deux peuples à l’autodétermination

  • boukhari ahmed fall

    la solution n’est pas entre les mains de mr obama , le peuple sahrauie ne doit pas renoncer à l’ideal social-revolutionnaire dont il n’a jamais approchè la realisation apres les anneès 1990.
    une liberation par l’exemple et l’èmotion au lieu d’une servitude par la collaboration et la diffamation pour le polisario et son homologue le corcas .
    le bon citoyen SAHRAOUIE est celui qui refuse d’etre serviteur des traitres ( LE POLISARIO ET LE CORCAS ) .

  • Interview accordé à Bernard Lugan, grand historien et spécialiste d’Afrique SAHARA MAROCAIN

  • MOI JE SUIS AVEC LE PEUPLE MAROCAIN FERE POUR MOI LE SAHARA ET MAROCAIN COMME POUR LE SAHARA ALGERIEN LE RESTE SAIS QUE DE LA POLITIQUE DE NOTRE GOUVERNEMENT CORONPU DES 2 COTES VIVEMENT UNE SOLUTION POUR UN MAGHREB FORT

  • L’évolution du dossier du Sahara n’est pas favorable au Maroc. Notre opinion publique sent confusément que notre cause est sur une pente glissante. Elle pressent aussi qu’un dénouement défavorable à ce conflit augurera d’une période d’instabilité probablement cataclysmique pour l’avenir du pays. La monarchie aura beaucoup de mal à survivre à un tel échec, et le pays en paiera un prix élevé. » C’est ainsi que, dans une lettre ouverte au roi du Maroc Mohammed VI publiée en août 2005, le journaliste marocain Aboubakr Jamaï, directeur du Journal hebdomadaire,soulignait la gravité de la situation au Sahara occidental, où les événements ne cessent de s’accélérer.
    Depuis mai 2005, les manifestations sécessionnistes se sont succédé à El-Ayoun et à Smara, les deux grandes villes sahariennes : leur violente répression a rendu la situation explosive, notamment à la fin octobre (voir « Peur et silence à El-Ayoun »). Depuis 1975, au nom de ses « droits historiques », le Maroc revendique l’annexion du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole. Il occupe le territoire sur lequel, dès 1979, la Mauritanie a abandonné ses prétentions. De son côté, le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, estime que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes légitime l’accession à l’indépendance de l’ancien territoire espagnol. Le trône marocain voit aussi dans cette guerre un formidable moyen de réaliser l’union sacrée autour de lui, désarmant ainsi les critiques de partis de gauche, éloignant vers le sud une armée remuante et renforçant sa légitimité, entamée par les crises sociales et politiques des années 1970. Durant la seconde moitié des années 1970, le Maroc refuse de négocier « ne serait-ce qu’un pouce »du Sahara, dont il proclame la « marocanité » au nom de son « intégrité territoriale ». Cependant, le Front Polisario inflige de sérieux revers aux Forces armées royales (FAR), dans une guérilla qui le favorise tant sa connaissance du terrain est supérieure. En 1981, le roi Hassan II accepte alors le principe d’un référendum d’autodétermination, tout en cherchant à faire évoluer les rapports de forces. Par la construction de murs de défense protégeant les zones habitées des incursions du Front Polisario, l’armée marocaine réussit à mettre fin à la guérilla, et transforme le conflit, à son avantage, en guerre d’usure.

    Septembre 2006. Quatre sahraouis militant pour l’indépendance du Sahara occidental portent plainte en Espagne contre 31 responsables sécuritaires marocains. Ils les accusent d’avoir commis un « génocide » et des « actes de torture » entre 1976 et 1987 au Sahara occidental, un territoire annexé par le Maroc en 1975. Si en 2006 leur plainte défraye la chronique, personne ne donne cher de son avenir. Surprise ! Le 30 octobre dernier, le célèbre juge Baltasar Garzon accepte d’ouvrir une enquête pour déterminer s’il y a eu génocide ou non.

    Parmi elles, le général Hosni Benslimane, le chef de la gendarmerie du royaume chérifien, déjà visé par un mandat d’arrêt international délivré par la justice française le 18 octobre 2007 dans l’affaire Ben Barka. Dans le document rédigé par le juge Garzon qui récapitule les accusations formulées par les plaignants sahraouis l’on peut lire la charmante mention suivante au sujet du général : « était le supérieur qui a présumément ordonné et dirigé la campagne de détention ainsi que les disparitions qui ont suivi à Smara en 1976 ; entre autres, il est responsable de la disparition de Mohamed Salem Ould Hamdi. » Prochaine étape de la procédure judiciaire qui s’annonce laborieuse : le lancement d’une commission rogatoire par l’Espagne. Espérons qu’elle ne s’égarera pas dans les méandres de l’administration marocaine comme celle du juge français Ramaël…

    La militante sahraouie des droits de l’homme, Mme Aminetou Ali Ahmed Haidar, a reçu jeudi à New York, le prix de la Fondation Robert F. Kennedy Mémorial. La directrice juridique de cette organisation américaine, Mme Marselha Goncalves Margerin, a souligné avoir décerné ce prix à Aminetou Haidar, parmi les 120 candidats du monde entier, “pour faire connaître la cause sahraouie aux Etats-Unis”. A son actif, on retient également le “prix spécial de Castellfelds” 2008 (Barcelone), et toujours en Espagne, le prix “Juan Maria Banderas” obtenu en mai 2006, tout comme celui du “Club des 25?.La même année, la militante sahraouie recevait le prix “Freedom awards 2006?, décerné par la fondation américaine “Defense forum foundation”. Mme Haidar a déjà obtenu plusieurs autres distinctions dont le prix “Silver Rose 2007?, décerné chaque année par l’organisation internationale “Solidar” pour récompenser les actions exceptionnelles d’individus et d’organisations qui se battent pour la justice sociale.

    A la lecture des charges qui pèse, on peut comprendre.

Poster un commentaire

Vous devez vous connecter pour réagir.

Lire les articles précédents :
Tennis : fin de suspension pour Gasquet

Le joueur de tennis français Richard Gasquet va pouvoir reprendre la compétition. La Fédération Internationale de Tennis (ITF) vient en...

Une lettre ouverte pour sauver OhmyNews

Le journal citoyen sud-coréen OhmyNews, dont le nom vient de "Oh my God" (ou "Mon Dieu" en anglais), a pour...

Facebook ne respecte pas les lois canadiennes

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a récemment enquêté sur Facebook, un site Web de...

Bloc de béton mortel à Montréal

Un bloc de béton de plus de 200 kg s'est détaché du 18e étage de l'Hôtel Residence Inn Marriott sur...

Effondrement d’une scène de Madonna : deux morts

L'effondrement d'une scène de Madonna au Stade Vélodrome de Marseille a fait deux morts et plusieurs blessés, dont un grièvement....

Etats généraux de la bioéthique, une réflexion élargie et exigeante

Le rapport final des Etats généraux de la bioéthique a été rendu public ce matin. L’élargissement du débat bioéthique, au-delà...

Deux hôtels victimes d’un double attentat à Jakarta

Les hôtels de luxe Marriott et Ritz Carlton, situés dans le quartier des affaires de Kuningan à Jakarta, ont été...

Fin de la campagne pour l’élection présidentielle en Mauritanie

La campagne pour l’élection présidentielle de samedi, censée ramener l’ordre constitutionnel en Mauritanie, a pris fin aujourd’hui. Le candidat Ahmed...

Fermer